Actualités

Enquête: La gouvernance au sein des PME. Un meilleur score 4 ans plus tard.

En septembre 2011, Deminor avait effectué avec l’université KUL campus de Bruxelles (anciennement HUB) une vaste enquête auprès des PME belges. Cette étude avait permis de vérifier l’état d’avancement et d’application des principes de bonne gouvernance au sein de PME. En collaboration avec Trends-Tendances, une mise à jour de cette enquête a été réalisée par Deminor en mars 2015, de manière plus ciblée et donc à bien plus petite échelle. 211 PME ont répondu à l’enquête. Les résultats de cette enquête ont donc une portée limitée, mais nous permettent malgré tout de faire quelques constats.

D’une manière générale, Deminor a pu constater un net progrès dans divers domaines touchant la bonne gouvernance des entreprises.

On peut relever quelques éléments saillants des résultats de notre enquête :

  • 62% des réponses ont été formulées en néerlandais, 38% en français.

  • Plus de 71% des PME ayant répondu à l’enquête sont des entreprises familiales.

  • Près de 46% des entreprises disposent de conventions écrites entre leurs actionnaires, alors qu’en 2011 ce pourcentage n’était que de 40%. Cette évolution positive est en ligne avec les efforts constatés par Deminor au sein de nos clientes PME que nous assistons en vue de concevoir et mettre en place ces conventions ou chartes.

  • Ces conventions entre actionnaires visent principalement des clauses limitant la cessibilité des actions de l’entreprise (63%) mais nous constatons également un pourcentage plus élevé de clauses de liquidité (12% au lieu de 10% en 2011) ; il s’agit de clauses prévues afin de permettre aux actionnaires minoritaires qui le souhaitent, dans des conditions et modalités convenues, de pouvoir vendre leurs actions.

  • Près de 40% des PME déclarent avoir adopté une politique de dividendes, que ce soit sous la forme d’un pay-out ratio (un pourcentage des bénéfices) ou d’une autre forme. Ce pourcentage est en hausse par rapport à 2011 (35%), et devrait faire l’objet d’une analyse plus approfondie.

  • Un autre sujet qui préoccupe largement les actionnaires est l’information fournie par leur entreprise. Près de 58% des PME ayant participé à l’enquête en 2015 ont indiqué fournir une information trimestrielle à ses actionnaires, en 2011 ces sociétés ne représentaient que 43 % de l’échantillon. Il convient de nuancer toutefois cette évolution, car dans de nombreuses entreprises, surtout familiales, les actionnaires sont également actifs au sein de l’entreprise, ce qui justifie leur accès à cette information financière trimestrielle. On peut donc se poser la question si cette information périodique parvient également aux actionnaires non actifs, ou bien si ces derniers doivent se contenter d’attendre l’information communiquée une fois par an lors de l’assemblée générale annuelle.

  • Quant à l’information transmise au conseil d’administration, on peut constater ici aussi un accroissement du nombre de sociétés qui indiquent avoir instauré un système de reporting régulier et qualitatif, à savoir 79% au lieu de 75% en 2011. Ce résultat doit être nuancé, car Deminor n’a bien évidemment pu interroger que le dirigeant et donc pas tous les administrateurs qui pourraient avoir un avis divergeant sur ce point.

  • Par contre, on peut constater une très faible évolution quant à la présence d’administrateurs externes au sein de PME (33% au lieu de 30%) ou encore de l’instauration d’un conseil d’avis ou d’un comité consultatif (de 14% vers 16 %). Il reste donc encore à convaincre un très grand nombre de PME de l’utilité de faire intervenir des personnes externes dans des organes consultatifs ou de gestion. Deminor a pu constater qu’il y a souvent une prise de conscience sincère de l’utilité d’avoir une telle caisse de résonance pour l’entreprise ou d’avoir un apport externe dans le cadre de la prise de décision au sein des organes de gestion. Mais il y a toujours dix mille raisons pour d’abord traiter les problèmes les plus urgents.

  • Quelques questions visaient uniquement les entreprises familiales. Il est intéressant de constater qu’un nombre croissant de PME familiales ont confirmé avoir prévu des critères pour l’engagement de membres de la famille au sein de l’entreprise (26 au lieu de 20%). Concernant la rémunération des membres de la famille qui sont actifs au sein de l’entreprise, plus de 81% des PME déclarent être transparentes sur ces rémunérations. En 2011, ce pourcentage était de 75%. Serait-ce un signe d’une plus grande ouverture sur ce sujet pourtant tabou de générations en générations ? Une question à approfondir, sans aucun doute.

  • Par contre, lorsqu’on interroge ces même PME familiales sur la question de la succession au sein de l’entreprise, que ce soit au niveau de la propriété ou bien de la direction, plus de 59% des dirigeants déclarent que rien n’a encore été prévu à ce jour. Malgré les innombrables initiatives gouvernementales et conférences sur ce sujet, Deminor ne peut que constater qu’il reste complexe pour une famille d’aborder ce thème. Il y aura toujours une excellente raison de postposer ce chantier délicat.

L’enquête réalisée en mars 2015 n’a certainement pas la même valeur statistique ou scientifique que celle réalisée en 2011 en collaboration avec un panel académique. Mais elle peut nous servir d’outil d’observation.

Deminor constate qu’il y aurait manifestement des progrès – au niveau statistique – quant au nombre d’entreprises non cotées, en particulier de PME familiales, ayant mis en pratique certains principes de bonne gouvernance. Même sans disposer de statistiques, Deminor ne peut que confirmer cette tendance. Depuis quatre ans, Deminor intervient dans un nombre croissant d’entreprises non cotées, souvent familiales, afin d’accompagner leurs dirigeants, administrateurs et actionnaires dans leurs réflexions sur la meilleure approche à adopter pour aligner leurs intérêts et mettre en place un équilibre entre leurs intérêts divergents. Ces missions nous permettent de réaliser cette approche du concept à la réalisation finale sous forme d’une convention d’actionnaires ou charte familiale.

Services liés

Gouvernance et questions actionnariales Service

Gouvernance et questions actionnariales

Participation minoritaire Service

Participation minoritaire

Transmission et reprise d’entreprise Service

Transmission et reprise d’entreprise

Sociétés cotées Service

Sociétés cotées